La présence de l’eau sur les bassins hydrographiques s’explique par les phénomènes naturels du cycle hydrologique, aussi appelé cycle de l’eau. Il débute lorsque l’eau s'évapore de la terre et des océans, dans l'atmosphère. L'air chaud ainsi chargé d'humidité monte et se refroidit, puis se condense autour des particules de poussière pour former des nuages. Lorsque ceux-ci deviennent saturés, l'eau tombe sous forme de précipitations (pluie, neige ou grêle).

Une grande quantité des précipitations est interceptée ou absorbée par la végétation pour éventuellement s'évaporer de nouveau dans l'atmosphère. Une certaine partie des précipitations s’évapore sous l’effet des rayons du soleil, tandis qu’une partie de l’eau atteint la terre et s’infiltre dans le sol. Les écoulements de surface et souterrains qui atteignent les ruisseaux, les rivières et les lacs forment le ruissellement naturel.

Les précipitations tombant sur les bassins hydrographiques ont une influence sur la quantité d’eau emmagasinée, qu’elles se présentent sous forme de pluie ou de neige. Pendant l’hiver, la neige s’accumule au sol et le débit des divers cours d’eau est réduit. Au printemps, la neige fond et l’eau qui en résulte constitue une grande partie de toute l’alimentation des cours d’eau.

 
PLAN DU SITE . NOUS CONTACTER . AVIS LÉGAL . Visitez www.riotinto.com/riotintoalcan