Programme de protection des berges
Cliquez pour plus de détails

Suite à la mise en service de la centrale hydroélectrique de l’Isle-Maligne (Alma) en 1926, le rehaussement du niveau du lac Saint-Jean a amplifié l'érosion des berges qui pouvait alors être observée. Dès 1930, des travaux de protection de berges ont été réalisé. Par l’entreprise. Différentes techniques ont par la suite été employées, tel le dragage ou l'épandage de gravier recouvert de sable dans les zones de plage et le perré dans les zones de villégiature sans plage.


Programme de protection des berges
Cliquez pour plus de détails

En 1986, suite à une vaste étude d'impact sur l'environnement et le milieu social et la tenue d’audiences publiques, Rio Tinto Alcan et le gouvernement du Québec paraphaient une entente de dix ans qui prévoyait de nouveaux types de travaux de protection des berges et fixait un nouveau scénario de gestion du niveau des eaux du lac. Une première période de travaux s’est terminée en juillet 1996. À la fin de 1995, la Société a été autorisée à poursuivre le programme jusqu’à l’été 2006. En octobre 2006, l’entente entre le gouvernement et Rio Tinto Alcan a été renouvelée jusqu’en décembre 2016 suite à une recommandation des trois MRC du Lac-Saint-Jean.

Le programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean vise toujours à contrer l’érosion en tenant compte des aspects techniques, environnementaux, sociaux et économiques. C’est la sévérité et la nature de l'érosion qui dicte la nature des interventions à réaliser annuellement.

L'information et la consultation du milieu sont des éléments primordiaux du programme de stabilisation. Ainsi, depuis plus de 20 ans, avant d'entreprendre quelques travaux que ce soit, RTA informe et consulte les riverains, les associations de riverains, les municipalités, les Municipalités régionales de comté (MRC), le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, Faune Québec ainsi que Pêches et Océans Canada.

Une fois ce processus complété, l’entreprise demande, chaque année, au ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs l'émission d'un certificat d'autorisation permettant l'exécution des travaux projetés. Globalement, les mesures de protection mises en place depuis 1986 donnent les résultats escomptés et permettent de contrer de façon significative l'érosion des berges. Entre 1986 et 2007, ce sont un peu plus de 100 des 450 kilomètres de berges du lac Saint-Jean, de ses tributaires et de son exutoire qui auront été protégés. La Société a consacré jusqu’à maintenant près de 75 millions de dollars à ce projet d'envergure.

L'astragale du Labrador
Cliquez pour plus de détails

Par ailleurs, lors de la mise en œuvre du programme, Rio Tinto Alcan s'est engagée à « collaborer, dans la mesure de ses possibilités, ...non seulement au maintien du potentiel faunique du lac..., mais à son augmentation si cela est scientifiquement et techniquement possible ». Dans ce contexte, un vaste programme d'acquisition de connaissances et de suivi des habitats fauniques riverains a été réalisé. De plus, les milieux humides affectés par l'érosion et qui devaient être protégés ont, entre autres, été identifiés. Plus de cinq kilomètres de cordons littoraux ont été reconstitués dans le cadre du programme permettant la conservation de plus de 150 hectares de milieux humides riverains. La pérennité de ces lieux essentiels à l'écosystème du lac Saint-Jean et à la vie de nombreuses espèces d'oiseaux et de poissons est assurée.

L'envergure des travaux
    1986-1996     1996-2006     2006-2016  
Rechargement  de  plage     43,4 km 18,4 km 18,2 km
Perrés et génie végétal 61,7 km 6,1 km 4,1 km
Pierres 25-100 mm 10,4 km 0,7 km 0,5 km
TOTAL 115,5 km 25,2 km 22,7 km
Durée 10 ans 10 ans 10 ans
Entretien en % 15 % 78 % 88 %
Coûts (millions $) 52.0 18.0 15.0

spacer

 
PLAN DU SITE . NOUS CONTACTER . AVIS LÉGAL . Visitez www.riotinto.com/riotintoalcan